Assurance professionnel

Un registre unique pour les intermédiaires IOB

Mise en place d'un registre unique destiné aux intermédiaires en assurances, banque et finances et création d'un régime juridique applicable aux IOBSP.

RC PRO IOBDepuis plusieurs années l'ORIAS recense avec succès les intermédiaires en assurance ; à compter de 2013, 50 000 nouveaux acteurs seront référencés par cet organisme : les intermédiaires en opérations de banque et services de paiement (IOBSP) et les conseillers en investissement financier (CIF).

Les pouvoirs publics ont confié à l'ORIAS cette nouvelle responsabilité et l'organisme sera l'unique source d'information pour les consommateurs et les distributeurs de produits financiers.

Lors de la mise en place de ce Registre, un intermédiaire souhaitant disposer d'une habilitation à commercialiser des produits d'assurance, de banque et accéder au statut de CIF déposera son dossier directement à l'ORIAS.

De même que pour l'Assurance, l'ORIAS fournira un processus d'inscription, de renouvellement et de mise à jour communs à toutes les activités et catégories incluant également le paiement et la transmission des justificatifs on line.

Le cadre juridique nécessaire à l'inscription des IOBSP sera proche des conditions d'inscriptions des intermédiaires en assurance.
Ainsi, l’intermédiaire sera également tenu de fournir à l'instar des courtiers en assurance une attestation d'assurance responsabilité civile professionnelle et une attestation de garantie financière..

L'objectif de ces dispositions est de protéger les consommateurs en instaurant pour ces intermédiaires comme pour les intermédiaires d'assurance une obligation de conseil à laquelle devront répondre ces nouveaux acteurs, en particulier en matière de distribution de crédit.

Les intermédiaires seront regroupés par catégories :

RC PRO IOBEn matière de vente, les textes imposent un devoir d'information (identité de l'opérateur, statut, relations avec les établissements de crédit..) et de conseil écrit, une obligation de loyauté, et une obligation de de non-contradiction entre « les modalités ou le niveau de rémunération » et « l'obligation d'agir aux mieux des intérêts de leurs clients ou influencer la qualité de leur prestation » est établie. Cette précision vise à éviter les conflits d'intérêt entre l'obligation de conseil et l'intérêt à court terme des intermédiaires qui désormais ont l'obligation de servir l'intérêt des clients et non le leur....

Des règles nouvelles sont sont créées pour les courtiers : analyse d'un nombre minimum de contrats pour fonder une analyse objective du marché mais également description et comparaison détaillée des contrats.

Enfin et surtout, la rémunération de l'intermédiaire IOB devient transparente : le courtier IOB doit indiquer à son client potentiel le montant et les modalités de calcul des commissions qu'il perçoit de l'établissement de crédit partenaire.

Ces modifications ne manqueront pas d'avoir des répercussions sur les contrats d'assurance RC professionnelles des IOB et sur la fréquence de mise en jeu de leur responsabilité civile.

Devis RC Professionnelle IOB








Actualités

Jurisprudence : RC professionnelle. ArrĂŞt de la cour de cassation du 24/10/2012 pourvoi 11-20-439 : l’assureur n’a pas d’obligation de vĂ©rifier la capacitĂ© d’exercice de l’assurĂ©     Un...Lire la suite

La loi du 14 mars 2011 d'Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure (dite LOPPSI II) impose désormais aux entreprises de sécurité privée de s'assurer pour leur RC PRO...Lire la suite

Il s’agit donc d’une nouvelle positive pour les victimes car la mise en cause de la Rc pro (Responsabilité Civile Professionnelle) des fabricants ouvre droit à l’obtention de dommages-intérêts dans de nombreux autres...Lire la suite





responsabilité civile professionnelle

Votre responsabilité engagée ...

Eu égard à la montée des risques RC, il est essentiel de souscrire les garanties adaptées. Face à des clients de plus en plus exigeants et à l’explosion du nombre de mises en cause de la responsabilité des sociétés, faites le point sur vos besoins en matière de RC pro... Nous vous aidons à identifier précisément vos risques en fonction de votre activité afin de sécuriser votre activité en protégeant la responsabilité de votre entreprise.

Votre responsabilitĂ© engagĂ©e… Votre salariĂ© a un accident du travail suite Ă  une nĂ©gligence dans vos procĂ©dures de sĂ©curité… Votre un client doit rappeler un lot de produits dĂ©fectueux suite Ă  des dĂ©fauts sur des composants que vous lui avez fournis … Des documents confidentiels confiĂ©s par un client Ă  l’un de vos collaborateurs sont utilisĂ©s par l’un de ses concurrents…  Le contexte rĂ©glementaire a renforcĂ©  le pĂ©rimètre de la responsabilitĂ© des professionnels et entreprises vis-Ă -vis : des clients : la loi du 19 mai 1998 sur les produits dĂ©fectueux rend le producteur automatiquement responsable du dĂ©faut de sĂ©curitĂ© de ses...Lire la suite



Auto-entrepreneur et assurances obligatoires ?

Le fait d’être auto-entrepreneur n’oblige pas à lui seul la souscription d’une assurance particulière. En fonction de l’activité choisie, il pourra être obligatoire de par la loi de souscrire une RC professionnelle : par exemple pour les diagnostriqueurs immobiliers ou les artisans du bâtiment…

Le fait d’être auto-entrepreneur n’oblige pas Ă  lui seul la souscription d’une assurance particulière.En fonction de l’activitĂ© choisie, il pourra ĂŞtre obligatoire de par la loi de souscrire une RC professionnelle : par exemple pour les diagnostiqueurs immobiliers ou les artisans du bâtiment soumis Ă  des obligations d'assurance professionnelles encadrĂ©es par la loi… Toutefois, dans la plupart des cas, il est conseillĂ© Ă  minima Ă  l’auto-entrepreneur de souscrire une responsabilitĂ© civile professionnelle avec une extension ResponsabilitĂ© civile exploitation car le plus souvent il n’est pas assurĂ© en multirisques professionnelles et ne bĂ©nĂ©ficie...Lire la suite



La RC de MONSANTO épinglée par les tribunaux : une première en France !

La RC de MONSANTO épinglée par les tribunaux : une première !

Il s’agit donc d’une nouvelle positive pour les victimes car la mise en cause de la Rc pro (ResponsabilitĂ© Civile Professionnelle) des fabricants ouvre droit Ă  l’obtention de dommages-intĂ©rĂŞts dans de nombreux autres dossiers. Concrètement, les victimes doivent faire reconnaĂ®tre leur maladie professionnelle auprès du TASS (tribunal des affaires de sĂ©curitĂ© sociale) en dĂ©montrant le lien de causalitĂ© l’utilisation des produits incriminĂ©s et les affections constatĂ©es. Une fois ce lien reconnu, la SĂ©curitĂ© Sociale indemnise la victime : dans le cas de cet agriculteur, c’est donc la MutualitĂ© Sociale Agricole qui a pris en charge la prise en charge...Lire la suite