Assurance professionnel

Faute inexcusable et contrats d’assurance de responsabilité civile

La faute inexcusable de l’employeur se rapporte en France Ă  une notion prĂ©cise du droit de la SĂ©curitĂ© Sociale. 

Précisément, il est important de comprendre cette notion de faute inexcusable car cela permet de comprendre les mécanismes et niveaux d’indemnisation d’une victime d’un accident du travail ou d'une maladie professionnelle.

Le risque est donc un risque financier pour l’entreprise.

L'article 452-1 du Code de la sécurité sociale précise les conséquences de la mise en cause de la faute inexcusable pour l’employeur sans la définir et laisse le soin à la jurisprudence fixer les conséquences de cette mise en cause.


Petite histoire de la faute inexcusable dans le droit français …

Jusqu’en 1898, en cas d’accident du travail, , le salarié doit pour obtenir réparation démontrer la faute de son employeur dans la survenance de l’accident : il s’agit donc d’une application simple du droit commun de la responsabilité.

 

Elle suppose conformĂ©ment au Code Civil :

 

A compter de la loi du 09/04/1898, deux nouvelles dĂ©rogations sont introduites par rapport au droit commun :

 

La rĂ©paration des accidents du travail devient forfaitaire et non intĂ©grale et il n’est plus nĂ©cessaire de dĂ©montrer l’existence d’une faute pour obtenir rĂ©paration. Ce système a de nombreux avantages :

 

Il assure une indemnisation aux victimes d’accidents en les dispensant d’avoir Ă  faire la preuve de la faute et du lien de causalitĂ© entre la faute et le dommage – par contre, la rĂ©paration est plafonnĂ©e â€¦ Enfin, ce plafonnement favorise l’assurance de la faute …

Ce système d’indemnisation forme le socle de l’indemnisation des accidents du travail et maladies professionnelles en France : il s’agit presque d’un pacte social : c’est dans le cadre de ce système dĂ©rogatoire au droit commun de la responsabilitĂ© que se comprend l’idĂ©e de faute inexcusable en matière d’accident du travail:

 

In fine, cela revient à dire qu’en droit des accidents du travail le principe est la responsabilité de l’employeur même sans faute… Responsable et ce même sans faute, l’employeur n’est pas exclu des bénéfices de la Loi de 1898 (substitution et plafonnement) s'il a commis une faute (même grave)…

Pour bénéficier d’un régime d’indemnisation plus favorable de la part de son employeur, le salarié doit démontrer que ce dernier à commis une faute inexcusable et que par conséquent l’accident du travail ou la maladie professionnelle sort du système évoqué ci-dessus.

 

En cas de faute inexcusable de l’employeur il ne bénéficie plus du droit dérogatoire et retrouve le droit commun plus sévère notamment en matière de dédommagement des victimes.

Il perd également le bénéfice de la la subrogation de la sécurité sociale qui le protégeait et doit indemniser le lésé avec une réparation intégrale des préjudices subis…


La définition originelle de la faute inexcusable

 

La loi ne dĂ©finit pas la faute inexcusable : c’est la jurisprudence qui Ă©voluant nous permet de comprendre ce qu’elle revĂŞt. A la suite d’une jurisprudence de 1941, la faute inexcusable se dĂ©finissait comme une faute avec les caractĂ©ristiques suivantes:

 

 

En fait cela revient à mettre en cause l’employeur dans les cas où il est établi clairement un manquement de l’employeur en relation avec le dommage. Et, il importe peu que d’autres fautes ou même une faute de la victime elle-même ait été commise même si ces dernières sont déterminantes pour l’accident….


La définition actuelle de la faute inexcusable

 

RC PRO - responsabilitĂ© de l'employeurLa faute inexcusable a Ă©tĂ© profondĂ©mment revue par la jurisprudence rĂ©cente (arrĂŞts « amiante » du 28/02/2002 ) :

« En vertu du contrat de travail, l’employeur est tenu envers le salarié d’une obligation de sécurité de résultat, notamment en ce qui concerne les maladies professionnelles contractées par l’intéressé du fait des produits fabriqués ou utilisés par l’entreprise. Le manquement à cette obligation a le caractère d’une faute inexcusable, au sens de l’article L. 452-1 du code de la sécurité sociale, lorsque l’employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié, et qu’il n’a pas pris les mesures nécessaires pour l’en préserver.» (Cass. soc. 28/02/2002 2002).

 

Dans cette affaire, la Cour a précisé que les juges doivent valider si la conscience du danger par l’employeur est caractérisée ou non et si, à partir de là, les mesures nécessaires de protection ont été mises en œuvre.

 

Dans le cas de l’amiante, les employeurs connaissaient ils la nocivitĂ© de ce matĂ©riau pour leurs salariĂ©s ? Si oui, ont-ils mis en place les mesures nĂ©cessaires pour protĂ©ger leurs salariĂ©s ?

 

Ainsi, dès lors qu’aucune mesure n’a été prise pour protéger le salarié du danger alors même que l’employeur était conscient de ce danger, la faute inexcusable est caractérisée.

 

Il s’agit de l’obligation de sécurité de résultat de l’employeur vis-à-vis de ses salariés exposés à un risque.

 

Cette jurisprudence a fait l’objet ensuite d’une extension aux accidents du travail : elle renvoit une double exigence très lourde Ă  l’employeur :

 

En cas de mise en cause de la faute inexcusable de l’employeur, ce sont ces critères qui seront analysĂ©s : le critère dĂ©terminant Ă©tant de savoir si oui ou non si l’employeur avait ou aurait dĂ» avoir conscience des risques courus.

 

Concrètement « la conscience Â» du danger potentiel pour le salariĂ© se manifeste par des Ă©vènements antĂ©rieurs : accidents, avertissements lors des CHSCT, mise en demeure de l’Inspecion du travail, condamnation pĂ©nale…

 

Et comme précédemment, une faute de la victime ou d’autres évènements ayant concouru à l’accident ou à la maladie professionnelle de sauraient être de nature à ôter à la faute de l’employeur son caractère inexcusable si ce dernier avait conscience des risques encourus.


La jurisprudence récente de la faute inexcusable

Jusqu’ici, la mise en cause de la faute inexcusable de l’employeur permettait d’obtenir une rĂ©paration complĂ©mentaire Ă  la rente forfaitaire fixĂ©e pour un accident du travail ; toutefois, cette indemnisation Ă©tait limitĂ©e aux postes de prĂ©judices suivants d’après le Code de la sĂ©curitĂ© sociale :

 

 

 

Ainsi par exemple, une victime d’un accident du travail n’était pas indemnisée de ses besoins assistance humaine futurs, de ses dépenses d’aménagement de leur lieux de vie, de ses frais de fauteuil roulant ou de véhicule sur mesure, de ses périodes d’incapacité temporaire, etc….

 

Rc pro - faute inexcusableDepuis une décision du Conseil Constitutionnel du 10 juin 2010, les victimes d'un accident du travail causé par la faute inexcusable de leur employeur, peuvent solliciter en sus des prestations mises à la charge de la sécurité sociale, la réparation de postes de préjudices complémentaires en droit commun.

Cette indemnisation élargie reste néanmoins soumise à l’appréciation des juges notamment pour les affaires en cours pour lesquelles les victimes doivent justifier de l’existence de postes de préjudices non indemnisés pour obtenir une nouvelle expertise médicale et l’indemnisation des préjudices complémentaires.

 

 

 

 

Déroulement de la procédure

La procĂ©dure de mise en cause de le faute inexcusable de l’emploueyr est extrĂŞment longue (de 2 et 6 ans). En effet l’état de la victime doit ĂŞtre "consolidĂ©" (figĂ© par la sĂ©curitĂ© sociale) pour dĂ©terminer la rente Ă  verser. Ensuite, la reconnaissance de la faute inexcusable entre dans le cadre du contentieux gĂ©nĂ©ral de la SĂ©curitĂ© sociale : conciliation avec l'employeur dans un 1er temps  puis contentieux devant le TASS puis cour d’Appel et enfin Cour de Cassation.

 Il n’y a pas forcĂ©ment d’incidence pĂ©nale pour le reprĂ©sentant de l’entreprise mais l’idĂ©e d'une obligation de sĂ©curitĂ© de rĂ©sultat issue de la jurisprudence de la cour de cassation en matière de faute inexcusable, peut ĂŞtre utilisĂ©e en matière pĂ©nale. Dans ce cas, la mise en cause pĂ©nale du chef d’entreprise peut entraĂ®ner la faute inexcusable de l’employeur.

 Le risque Ă  couvrir par un contrat de RC professionnelle est donc financier : celui-ci est  Ă©ventuellement lourd.

 

RC pro mĂ©tiers de l'informatique 

 







Actualités

Jurisprudence : RC professionnelle. ArrĂŞt de la cour de cassation du 24/10/2012 pourvoi 11-20-439 : l’assureur n’a pas d’obligation de vĂ©rifier la capacitĂ© d’exercice de l’assurĂ©     Un...Lire la suite

La loi du 14 mars 2011 d'Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure (dite LOPPSI II) impose désormais aux entreprises de sécurité privée de s'assurer pour leur RC PRO...Lire la suite

Il s’agit donc d’une nouvelle positive pour les victimes car la mise en cause de la Rc pro (Responsabilité Civile Professionnelle) des fabricants ouvre droit à l’obtention de dommages-intérêts dans de nombreux autres...Lire la suite





responsabilité civile professionnelle

Votre responsabilité engagée ...

Eu égard à la montée des risques RC, il est essentiel de souscrire les garanties adaptées. Face à des clients de plus en plus exigeants et à l’explosion du nombre de mises en cause de la responsabilité des sociétés, faites le point sur vos besoins en matière de RC pro... Nous vous aidons à identifier précisément vos risques en fonction de votre activité afin de sécuriser votre activité en protégeant la responsabilité de votre entreprise.

Votre responsabilitĂ© engagĂ©e… Votre salariĂ© a un accident du travail suite Ă  une nĂ©gligence dans vos procĂ©dures de sĂ©curité… Votre un client doit rappeler un lot de produits dĂ©fectueux suite Ă  des dĂ©fauts sur des composants que vous lui avez fournis … Des documents confidentiels confiĂ©s par un client Ă  l’un de vos collaborateurs sont utilisĂ©s par l’un de ses concurrents…  Le contexte rĂ©glementaire a renforcĂ©  le pĂ©rimètre de la responsabilitĂ© des professionnels et entreprises vis-Ă -vis : des clients : la loi du 19 mai 1998 sur les produits dĂ©fectueux rend le producteur automatiquement responsable du dĂ©faut de sĂ©curitĂ© de ses...Lire la suite



Auto-entrepreneur et assurances obligatoires ?

Le fait d’être auto-entrepreneur n’oblige pas à lui seul la souscription d’une assurance particulière. En fonction de l’activité choisie, il pourra être obligatoire de par la loi de souscrire une RC professionnelle : par exemple pour les diagnostriqueurs immobiliers ou les artisans du bâtiment…

Le fait d’être auto-entrepreneur n’oblige pas Ă  lui seul la souscription d’une assurance particulière.En fonction de l’activitĂ© choisie, il pourra ĂŞtre obligatoire de par la loi de souscrire une RC professionnelle : par exemple pour les diagnostiqueurs immobiliers ou les artisans du bâtiment soumis Ă  des obligations d'assurance professionnelles encadrĂ©es par la loi… Toutefois, dans la plupart des cas, il est conseillĂ© Ă  minima Ă  l’auto-entrepreneur de souscrire une responsabilitĂ© civile professionnelle avec une extension ResponsabilitĂ© civile exploitation car le plus souvent il n’est pas assurĂ© en multirisques professionnelles et ne bĂ©nĂ©ficie...Lire la suite



La RC de MONSANTO épinglée par les tribunaux : une première en France !

La RC de MONSANTO épinglée par les tribunaux : une première !

Il s’agit donc d’une nouvelle positive pour les victimes car la mise en cause de la Rc pro (ResponsabilitĂ© Civile Professionnelle) des fabricants ouvre droit Ă  l’obtention de dommages-intĂ©rĂŞts dans de nombreux autres dossiers. Concrètement, les victimes doivent faire reconnaĂ®tre leur maladie professionnelle auprès du TASS (tribunal des affaires de sĂ©curitĂ© sociale) en dĂ©montrant le lien de causalitĂ© l’utilisation des produits incriminĂ©s et les affections constatĂ©es. Une fois ce lien reconnu, la SĂ©curitĂ© Sociale indemnise la victime : dans le cas de cet agriculteur, c’est donc la MutualitĂ© Sociale Agricole qui a pris en charge la prise en charge...Lire la suite